Talents

Entretien avec Nelly Meunier | Sunday.love

0
Nelly Meunier Talents

Sunday a des vertus de rassembler la famille autour du senior. Car plus on échange, plus on partage des nouvelles, plus on a envie de parler avec la personne en question.

Entretien avec Nelly Meunier

Serial entrepreneuse, CEO & Co-fondatrice de Sunday.

 www.sunday.love

Disrupster | Bonjour Nelly, pourrais-tu te présenter en quelques lignes et nous parler un peu de ton parcours personnel et professionnel ?

Nelly | Bonjour, oui allons y ! À 16 ans, je voulais déjà être chef d’entreprise, ouvrir une filiale en France d’une société américaine. Après un bac S en option Bio, je me dirige directement vers un IUT Gestion Entreprise et Administration. Je pars en échange à Edinburgh avec la Business School de Napier pour y continuer un programme Entrepreneurship et y décrocherai mon Bachelor Degree Business. Je rejoins un Master In Management à l’école de commmerce de Kedge Bordeaux suivi d’un Master des Affaires et du Commerce International. J’y ai écrit une thèse sur l’impact de la 3D sur le marketing décrochant la meilleure note de ma promotion et partant la partager devant les spécialistes du domaine sur Paris lors du salon international de la 3D.

J’ai continué mon chemin professionnel dans ce sens, avec une première expérience en tant que Trade Marketer chez Danone à New York. Entre temps, j’ai monté ma première entreprise « What U Want ! » à 23 ans pour accompagner les particuliers à monter leur propre entreprise à l’étranger.

Puis, passionnée par la tech, je suis repartie rejoindre les équipes d’Orange Business Services en tant que Marketing Manager à New York. En 2014, je rejoins très rapidement le board d’une statup à Paris et me rend compte que je ne souhaitais pas faire partie d’un board mais créer le mien. Je monte alors ma première startup « WondrWorld », un réseau social pour les voyageurs et rassemble 12 personnes sur le sujet. Nous travaillons pendant 1 an sur le lancement de cette startup.

En parallèle, je monte l’association « Les Bordelais » permettant de connecter les chercheurs d’emploi et les entreprises du digital sur Bordeaux avec mon petit-frère. Puis en 2015, je monte alors une autre société « Sunday ».

Comment est née l’idée de Sunday et qui sont ses fondateurs?

Il était une fois, Sunday, une histoire de famille sous le soleil d’un dimanche de printemps. Ma sœur habitait en Chine, mon frère habitait à Londres et je vivais à NYC. Ma grand-mère Germaine été alité en maison de retraite (EHPAD). Elle n’avait pas l’usage des réseaux sociaux actuels du coup nous ne pouvions partager des moments ensemble.

On voulait à tout prix se sentir proche de toute notre famille et amis. Alors, avec Pierre CTO (techno) on a décidé de bricoler un petit boîtier branché à la TV qui diffusait toutes leurs photos partagées depuis n’importe quel endroit du monde. Yoan CFO (finances), fils de gériatre et ami du lycée nous a rejoint et nous sommes partis en installation auprès des maisons de retraite, soins palliatifs, hôpitaux pour enfants…etc

De là, on s’est dit, allons-y et proposons Sunday comme super cadeau de Noel pour les proches. Car recevoir des photos et des vidéos sur la télévision c’est une expérience unique pour réapprendre à apprécier les choses simples.

Aujourd’hui, nous sommes habitués à la profusion, on prend 200 fois la même photo que l’on partage sur les réseaux sociaux. Avec Sunday, on prend le temps, on fait de belles photos car on se retrouve en grand écran pour le plus grand plaisir de sa famille.

À quels besoins répond Sunday ?

Malgré les aprioris, ¼ des français sont en difficulté avec l’usage des nouvelles technologies, on appelle cela “l’illectronisme”, un manque ou une absence totale de connaissance des clés nécessaires à l’utilisation et à la création des ressources électroniques.

En plus, 60% des seniors en rupture avec le digital et la période de dépendance est de plus en plus longue. Sunday apporte une solution simple aux personnes déconnectées et isolées que ce soit par l’usage des technos que géographiquement. Nous avons conçu Sunday pour ma grand-mère 92 ans, je peux vous dire que ça a changé sa vie ! Elle avait l’impression d’être en Chine ou de se balader dans les rues de New York avec nous sans trop d’effort.

Sunday a des vertus de rassembler la famille autour du senior. Car plus on échange, plus on partage des nouvelles, plus on a envie de téléphoner, de parler avec la personne en question. D’après une étude d’Harvard, ce serait donc la qualité des relations sociales qui nous rendrait heureux, et qui pourrait même nous garder en bonne santé.

Sunday.love

Les produits Sunday

Quelles ont été les étapes du développement de Sunday ?

Sunday, c’est un chantier de 2 ans. On est parti au WebSummit de Lisbonne pour le présenter à l’international. A cette époque, on avait presque rien. Tout le monde en voulait un pour ses grands-parents. Surtout dans le monde des startups on voyage beaucoup. Alors, c’est comme ça qu’on a commencé l’aventure.

On a passé 1 an sur le développement tech de la solution hardware et software. Puis les premiers bâta testers pour améliorer en permanence la solution. Et enfin, les premiers clients en maison de retraite… Aujourd’hui, on est en plein déploiement grand public, une belle étape remplie de challenges et de découvertes.

Et à l’avenir ?

L’avenir, c’est le développement de Sunday au niveau international avec plein de surprises dans son évolution produit.

La campagne de crowdfunding du projet a été un franc succès, quelles ont été les raisons de cette réussite d’après toi ?

Nous sommes convaincus que notre produit répond à un vrai besoin. Il est vecteur d’émotions et de partage. Nous sommes très heureux de la réussite de ce crowdfunding et surtout de tous les messages de soutien de notre communauté ! C’était un grand moment pour nous !

Tu as à ton actif d’autres produits et une association, bravo ! Peux-tu nous en dire plus et surtout, comment arrives-tu à gérer tout cela ?

On dit toujours de ne pas courir plusieurs lièvres à la fois et de ne pas mettre tous les œufs dans le même panier. Donc il n’y a pas de règle. Ça dépend des gens, c’est une question de choix de vie. La mienne c’est du lundi au dimanche, de 9h à 1/2h du mat – jours fériés compris.

Quand le travail devient un plaisir car je n’ai pas l’impression de travailler alors on peut faire plein de choses passionnantes. ‘Les Bordelais’ est en effet une association loi 1901 sur Bordeaux qui permet de connecter les chercheurs d’emploi avec les entreprises du digital. Mon frère et moi étions deux à sa conception il y a 3 ans.

Aujourd’hui nous sommes 10000 membres, 20 bénévoles et de beaux événements avec de grands acteurs type Ubisoft, OVH ; Betclic…. J’appelle cela une réussite, d’autant plus quand on contribue à la création d’emploi et à la mise en relation de porteurs de projet pour développer leur entreprise.

Par ailleurs, le produit ‘Cordon’ permet aux parents de voir leurs enfants hospitalisés à distance. On a installé notre solution au CHU de Bordeaux puis de Metz. Vous savez, quand les utilisateurs vous disent ‘Merci’, c’est déjà gagné ! Nouvelle cause en cours : la protection des animaux qui me tient énormément à cœur, y a du boulot !

As-tu des conseils à donner aux jeunes entrepreneurs qui veulent lancer leur startup ?

Ne lâchez rien, n’écoutez personne et foncez ! On n’en meurt pas de se casser les dents. On se relève et on recommence. Si vous avez peur d’échouer je dirais plutôt que vous devez échouer. Si vous n’échouez pas c’est que vous n’avez rien fait. Il faut prendre des risques, des décisions mais parfois on ne peut pas tout savoir ou tout maîtriser.

Alors allez-y et vous apprendrez tellement de choses que l’on ne parle plus d’échec mais d’expérience. Je me bats sur ce sujet car on le ressent encore trop. Allez-y, vous ne regretterez pas !

Pour plus de détails, rendez-vous sur le site www.sunday.love

Retrouvez Sunday sur les réseaux sociaux : FacebookInstagramTwitter

 

Instagram durcit le ton face aux fausses interactions

Article précédent

Tim Cook défend l’accord d’Apple avec Google

Article suivant

Commentaires

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires